Le chanvre textile

Petit à petit, le grand public prend conscience de l’empreinte écologique de la mode. Les fibres synthétiques, non biodégradables sont retrouvées par milliers de tonnes dans les océans et dans l’estomac de la faune aquatique (1) et le coton conventionnel beaucoup traité, souvent OGM épuise les ressources en eau.

Le lin et le chanvre, qui poussent en France, sont des alternatives textiles écologiques formidables.

Comptage du chanvre par Nathalie Revol

Présentation générale du chanvre et intérêts agronomiques :

  • Le chanvre (Cannabis Sativa) est une culture ancestrale (les variétés légales ont une faible teneur en THC, inférieur à 0,2%)
  • D’une famille unique en agriculture, le chanvre rompt le cycle des maladies.
  • Comme toutes les cultures de printemps, il permet une rupture dans les assolements à base de cultures d’automne et limite la reproduction des adventices.
  • En bio comme en conventionnel, le chanvre est peu sensible aux maladies et aux insectes. Il n’a besoin d’aucun fongicide ou insecticide. Si la levée se passe dans de bonnes conditions, c’est une plante étouffante qui ne nécessite aucun désherbage (ni chimique, ni mécanique).
  • L’orobanche est le principal parasite du chanvre, c’est une plante sans chlorophylle qui puise ses nutriments sur les plantes hôtes qu’elle colonise. Il est intéressant de noter que le lin est justement un faux hôte de l’orobanche.
  • Le chanvre peut trouver facilement sa place dans une rotation et c’est une très bonne tête de rotation en agriculture biologique. Sa racine pivot laisse une structure de sol excellente pour la culture suivante.
  • Résistant à la sécheresse, il ne nécessite pas d’irrigation et n’est pas sensible à la verse.
  • Le chanvre permet de réduire l’IFT (indicateur de fréquence des traitements phytosanitaire) de l’exploitation et de favoriser ainsi le développement et l’action de la microflore et de la microfaune du sol, gage de son bon fonctionnement.

En Europe, le chanvre est principalement cultivé pour sa graine (Riche en Oméga 3 et 6, en protéines et en vitamine E) et pour la filière des agromatériaux qui utilisent la fibre et la chènevotte pour le bâtiment, les matériaux composites, les géotextiles, les paillages et la papeterie. La France est le premier producteur de chanvre de la communauté Européenne avec une surface de 17 900 ha en 2020 .

Rouissage du chanvre



Une filière textile-habillement à reconstruire

Plusieurs acteurs travaillent activement à la renaissance d’une filière chanvre textile selon différents procédés: fibres longues, fibres semi-longues, fibres courtes cotonisées et fibres cellulosiques de chanvre. L’itinéraire technique est très différent pour chaque procédés (voir encadré).


Du chanvre textile sur le modèle du lin

Située en Normandie, l’association Lin et Chanvre Bio a fait le choix de s’appuyer sur la filière lin. Les essais semés ici visent à produire de la fibre longue textile en utilisant les installations linières présentes dans le bassin linier.En effet, les entreprises de teillages présentes dans le bassin linier sont en capacité de défibrer efficacement les tiges de chanvre à la double condition de fournir aux teillages des tiges de chanvre conditionnées en tiges parallèles de 1 mètre de long et rouies comme le lin.

La difficulté principale est de trouver une solution mécanique pour :

  • paralléliser au champ les tiges de chanvre pour un rouissage homogène
  • couper les tiges en longueurs de 1 mètre

Les arracheuses à lin ne conviennent pas car elles ne sont pas adaptées à la hauteur du chanvre (environ 2 mètres). Pourtant, dès lors que cette opération est réalisée, l’utilisation des équipements liniers conventionnels est rendue possible (retourneuse, enrouleuse, teilleuse).


Recherche et développement de l’association Lin et Chanvre Bio :

Soutenue par l’Agence de l’Eau, la DRAAF et la région Normandie, l’association LCBio procède depuis 2017 à des essais dont les objectifs portent sur l’itinéraire technique permettant d’obtenir une fibre longue de qualité, et sur les recherches de solutions mécaniques pour la récolte.


Fin 2018, l’association a fait l’acquisition d’une faucheuse/paralléliseuse chinoise. Après certaines modifications et la fabrication d’un disque coupeur pour avoir des tiges de 1m, les essais 2019 et 2020 ont été l’occasion de tester les équipements de récolte sur de plus grandes surfaces.

Nos premiers résultats d’essais filature en 2018 avec notre partenaire SAFILIN sont très encourageants : nous avons obtenu du Nm12 long brin, filé au mouillé, de belle qualité. Les étoupes de teillages, après un affinage spécifique par Hemp-Act , ont pu être filées au mouillé également pour donner un Nm9,5. 

La totalité des fils obtenus a été tissée chez notre partenaire Emanuel Lang. Avec notre partenaire jeaners Le Gaulois, nous avons fabriqué un prototype de jean qui a prouvé la faisabilité du process et remporté le prix 2020 du coup de cœur du jury des trophées de la bio économie. Nous avons alors proposé à nos adhérents notre petite série de jean 100% chanvre ! (commandes clôturées).

Peignage du chanvre
Bobine de fil
Ourdissage
Tissage du chanvre
Montage Jean en Chanvre – Le Gaulois

Un petit film en montre les différentes étapes:  

En 2021 nous sommes passés de 12 ha à 15 ha d’essais.

Deux nouveaux teillages se sont portés volontaires pour teiller nos essais chanvre : La coopérative linière du nord de Caen et la coopérative de teillage du plateau du  Neubourg. Nous avons pour la première fois des quantités importantes de fibres longues et d’étoupes. Suite à ces bons résultats nous avons pu organiser en janvier 2021 une commission filasse chanvre. La première en France depuis l’après-guerre ! 

Ce rendez-vous de spécialistes nous a permis de classer et d’évaluer la qualité des fibres provenant de nos campagnes 2019 et 2020. Nous avons prévu de nouveaux essais filature.

La filière que nous travaillons à mettre en place sera transposable pratiquement à l’identique en agriculture biologique ou conventionnelle où l’introduction du chanvre contribuera à diminuer la fréquence des traitements phytosanitaires dans les rotations.

LES PROJETS 2021

  • Conduire 12 ha d’essais au champ pour préciser les rendements et l’itinéraire technique.
  • Améliorer et modifier le matériel de récolte du chanvre.
  • Affiner la maîtrise des différentes opérations au champ (temps de rouissage, retournement, etc.).
  • Assurer le suivi de teillage, filature, tissage, tricotage sur le chanvre récolté en essais.
  • Participer aux tests et améliorations des variétés adaptées au chanvre textile en partenariat avec la Linière du Nord de Caen, le semencier Hemp it, le filateur Safilin, l’École nationale d’ingénieur de Tarbes et une doctorante.
  • Évaluer la viabilité économique pour l’ensemble de la filière.
  • Fédérer et échanger avec les autres projets chanvre textile français et européens.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter :

Nathalie REVOL n.revol-lcbio (arobase) orange.fr ou par téléphone : 0223522974. Dans votre courriel, merci d’indiquer votre numéro de téléphone.Nota: Les adhérents à jour de cotisation peuvent obtenir des documents de synthèse et les comptes rendus des essais de Lin et Chanvre bio sur simple demande.
Pour adhérer, vous pouvez télécharger le bulletin d’adhésion dans la rubrique : ADHÉSION

RENAISSANCE D’UNE FILIÈRE CHANVRE TEXTILE, DIFFÉRENTS PROCÉDÉS

Fibres longues sur le modèle du lin:
Coupées en tronçon de 1 mètre et couchées parallèlement les tiges de chanvre vont rouir au champ grâce à l’alternance de pluie et de soleil. Elles seront ensuite retournées, enroulées et teillées avec les machines agricoles linières. Ces machines sont très spécifiques à la fibre longue et n’existent nulle part ailleurs sur le territoire que dans les bassins liniers.
Les faisceaux de fibres à l’issu de ce procédé mesurent⠀80 cm à 1 mètre.
L’association Lin et Chanvre Bio, basée en Normandie explore cette technique de transformation du chanvre.

Fibres semi-longues, fibres cardées :
La production de fibres dites « semi-longues » ne nécessite pas la parallélisations des tiges au champs, contrairement au processus dédié aux fibres longues. L’agriculteur n’a donc pas besoin d’utiliser un équipement spécifique. 
Les faisceaux de fibres semi-longues, cardées, mesurent entre 25 et 40 cm.
Les fibres semi-longues peuvent être filées pures, mais un peu moins finement que les fibres longues. Néanmoins les recherches continues et sont encourageantes. 

Fibres courtes cotonisées :
Le process des fibres de chanvre dites cotonisées ne nécessite pas non plus la parallélisations des tiges au champs.  Après le défibrage, qui sépare les fibres de la chènevotte, celles-ci sont affinées et hachées dans le but de s’adapter aux filatures de coton.
A l’issu du procédé, les faisceaux de fibres mesurent entre 3,5 cm et 5 cm.
Ces fibres courtes ne peuvent être filées pures et doivent être filées en mélange avec une autre matière comme le coton.

Fibres cellulosiques :
L’entreprise RBX Créations travaille au développement de fibres cellulosiques à partir de chanvre et de lin. Ce projet des matériaux « Iroony » lancé en 2018, a permis de réaliser des fibres et filaments combinant des performances environnementales et techniques prometteuses: ces fibres cellulosiques biodégradables sont les plus à même de remplacer les fibres synthétiques polluantes, trop présentes sur le marché du textile, notamment dans les vêtements de sport.

(1) Des océans de microfibres : Lors de leur utilisation, lavage et élimination, les textiles synthétiques libèrent de minuscules fibres invisibles à l’œil nu. Ces « microfibres » ne sont pas biodégradables et resteront à jamais dans la nature. Par conséquent, on retrouve ces microfibres partout : dans les océans, dans nos chaînes alimentaires, dans nos poumons et jusque dans nos estomacs. Si nous ne connaissons pas encore toutes les conséquences de ces microfibres sur notre santé, nous savons déjà qu’elles sont nocives pour les espèces marines. Extrait du rapport, Fossil Fashion: The Hidden Reliance of Fashion on Fossil Fuels.