Le chanvre textile bio

Le chanvre : La France leader en Europe d’une culture naturellement écologique

Avec plus de 15.000ha chaque année, la France est le premier pays producteur de chanvre en Europe, avec une position de leader incontesté sur le développement et la production de semences (variétés garantissant un taux de THC -connue pour son utilisation comme drogue- inférieur à 0.2%, voire parfois totalement absente de toutes les parties de la plante).

Le chanvre est une plante très robuste et très rarement sujette aux ravages d’insectes ou de maladies. Lorsque les conditions de levée sont bonnes, sa croissance est extrêmement vigoureuse (de l’ordre de 40cm par semaine) et la plupart des variétés dépassent 2m de hauteur à maturité, avec un fort système foliaire qui prive les adventices de lumière et les étouffe, laissant un champ « propre » pour la culture suivante, sans faire usage d’aucun traitements phytosanitaires, sauf à de rares exceptions près.
Son système racinaire très profond réalise par ailleurs un travail du sol en profondeur, qui permet d’augmenter significativement le rendement des cultures suivantes.
Enfin, le chanvre abrite une très grande biodiversité et en particulier un grand nombre d’insectes qui contribuent à limiter la prolifération des ravageurs des cultures alentours.

Le chanvre trouve donc naturellement sa place dans une exploitation en agriculture biologique, et il est déjà cultivé en bio dans diverses régions de France: Bretagne, Pays de Loire,  Normandie, Champagne, etc.

Le chanvre : Une utilisation pour le bâtiment, l’industrie et l’alimentation

A ce jour, la culture du chanvre est valorisée pour toutes les parties de la plante :

  • la graine (chènevis) dans l’alimentation animale et dans l’alimentation humaine où elle connaît une forte demande en agriculture biologique. Riche en Oméga 3 et 6 et en protéine, elle se décline en huile, en graines torréfiées, en graines décortiquées, en farine, en lait végétal et ses dérivés…
  • la fibre dans le bâtiment (isolation en laine de chanvre), la papeterie, les matériaux composites (elle remplace avantageusement la fibre de verre), les non-tissés et la ficelle ou corderie.
  • le cœur de la paille (chènevotte) en litière et paillis, dans le bâtiment (bétons de chanvre)
  • le chanvre est également connu pour les diverses molécules que la plante contient et qui sont exploitées dans d’autres pays (notamment le CBD) mais pas en France pour l’instant.
Une filière textile-habillement à re-construire

Alors que nos ancêtres s’habillaient couramment avec les fibres issues du chanvre, l’exploitation du chanvre pour le textile-habillement (nécessitant un fil très fin et solide) a complètement disparu en France, faute de procédé adapté aux contraintes actuelles (le procédé traditionnel met en oeuvre trop de main d’oeuvre pour être économiquement viable aujourd’hui).
Plusieurs projets sont en cours visant à redémarrer une filière chanvre pour le textile-habillement.

Lin et Chanvre bio propose à tous les acteurs de ces filières un espace d’échange et de partage d’informations, et travaille sur l’un de ces projets, visant à permettre l’exploitation des fibres longues du chanvre en utilisant les équipements de l’industrie du lin (retourneuses, enrouleuses, teillage, filature…).

Les tests sont en cours depuis 2016 et les premiers résultats plutôt positifs permettent d’espérer le démarrage d’une filière d’ici quelques années, avec un très fort potentiel.

 Ci dessous, quelques photos des essais chanvre textile menés par l’association Lin et Chanvre Bio, en partenariat avec les Défis Ruraux et Terres Inovia.