Le Lin bio

En 2017, le lin bio textile en France c’est :

21 agriculteurs biologiques
205 hectares de lin textile bio cultivés
5 teilleurs certifiés GOTS

La filière du lin biologique se développe

Le lin textile est cultivé en agriculture biologique depuis 2005, les premiers champs ont été cultivés en Seine-et-Marne. Puis, dès 2007, plusieurs agriculteurs de Seine-Maritime et de l’Eure ont  démarré sa culture en bio.

De quelques hectares à plus de 200 en 2017, les surfaces progressent et la maitrise technique comme la filière de valorisation en croissance continuent de séduire des agriculteurs biologiques chaque année.

Le lin textile biologique : un levier à la conversion bio

Les liniculteurs bio actuels cultivaient du lin avant la conversion de leurs exploitations vers l’agriculture biologique.  A l’instar du blé, du colza ou des betteraves sucrière, le lin est une culture industrielle très présente dans les assolements traditionnels. Le lin textile est très ancrée dans ses territoires, grâce à l’implantation locale des teillages. Désormais viable en agriculture biologique, la filière permet aux agriculteurs de mieux envisager la conversion de leur système en conservant cette culture.

Les filateurs ont besoin de matières premières

Leur savoir-faire est de mélanger les lots de filasse de lin pour obtenir la qualité de fil recherchée. En augmentant la production, cela leur permet d’agrandir leurs gammes de fil et de sécuriser la qualité.

 

La culture du lin bio : technique et savoir-faire

Répartis sur la Seine-et-Marne, la Seine-Maritime, l’Eure et le Nord, tous certifiés en agriculture biologique, les producteurs cultivent du lin textile sans pesticides ni engrais de synthèse. La qualité de la fibre commence dans les champs, et à chaque année son millésime.
Pour plus d’informations sur l’itinéraire technique, consultez notre fiche technique !