7e Rencontres Interprofessionnelles

Les 7e Rencontres Interprofessionnelles de Lin et Chanvre Bio arrivent !

Le 15 Juin 2021, venez nous retrouver sur une ferme bio à Saint Gabriel Brécy près de Caen. 

Professionnels, curieux, experts et porteurs de projets, nous vous accueillons toute la journée. Venez (re)découvrir ces fibres superbes et ceux qui participent à la renaissance des filières chanvre et lin textiles bio. 

Au programme :

  • Comprendre le développement des filières lin bio et chanvre textiles et quel est leur avenir
  • Visite d’une ferme et d’une teillage à la pointe du savoir faire Français
  • Rencontres avec les acteurs français et Européen de la relocalisation

Cette journée sera l’occasion pour vous de nouer des contacts professionnels de qualité dans une ambiance conviviale. 

INSCRIPTIONS CLOSES
Tarif préférentiel pour les adhérents à jour de leur cotisation.

OFFRE DE STAGE 4 à 6 mois

Ingénieur·e – Etude de faisabilité – Filière textile

Lin, Chanvre et textiles biologiques

Dans le domaine textile, les matériaux sont principalement issus de la pétro-chimie ; concernant les fibres naturelles : l’ortie fait l’objet de premiers essais en Alsace, et il n’y a pas ou quasi pas de coton en France. Avec le lin et le chanvre, la Normandie est la région de France à pouvoir relever ce défi du « Made in France » textile, voire du « Made in Normandie ». La production de lin biologique représente moins de 1% de la production française de lin mais est en forte augmentation, portée par une demande en progression constante pour des fibres bio de qualité dans l’industrie du textile. Cependant aujourd’hui plus de 80% de la production de lin bio est exportée en Asie, et il n’existe que 2 filateurs européens capables de le transformer. L’association Lin et Chanvre Bio, créée en 2013 par des producteurs et des transformateurs, développe les surfaces de production de lin et de chanvre bio, accompagne les agriculteurs et les acteurs de la filière textile bio et travaille à la relocalisation d’une filature en Normandie. Le projet est de créer une filature normande qui serait capable de filer à la fois le lin mais aussi le chanvre dans des conditions éco-responsables.

Les MISSIONS

Dans ce contexte, le ou la stagiaire travaillera avec Nina Giorgi, consultante styliste, pour réaliser une étude de faisabilité sur la mise en place d’une filature pour les fibres longues Lin et Chanvre en Normandie. Le stage alliera différentes missions :

  • Bibliographie, analyse et synthèse de données techniques et économiques sur le secteur industriel textile et les secteurs annexes concernés par l’étude (agriculture, société, enseignement…),
  • Analyse et synthèse des process industriels nécessaires pour une filature lin et chanvre, avec un aspect machine important,
  • Analyse de l’impact environnemental et sur l’emploi local du projet,
  • Accompagnement lors des visites chez les différents acteurs de la filière (si possible, et dans le respect des mesures sanitaires en vigueur).

Le PROFIL recherché

  • Formation ingénieure, avec un intérêt pour les filières textiles. Une formation dans le textile serait un plus,
  • Bonne connaissance des outils industriels, bonne connaissance des matières textiles, intérêt pour les procédés physiques et les équipements associés,
  • Ouvert·e, impliqué·e, autonome, sens de l’initiative, goût pour l’innovation, sachant respecter les demandes de confidentialité,
  • Intérêt pour la relocalisation industrielle, la R&D et l’écologie,
  • Permis B apprécié.

Les MODALITES

  • Stage de 4 à 6 mois, à commencer entre avril et juin 2021 – selon date cursus,
  • Stage en télétravail, avec rendez-vous fréquents à Paris et en Normandie. Déplacements à prévoir en France selon les lieux de production et de transformation, notamment en Alsace,
  • Gratification de stage de 800 €/mois, et déplacements et frais du stage à la charge de l’association.

Merci d’envoyer votre candidature, CV et lettre de motivation, à ninantoinette.giorgi@gmail.com et à linetchanvrebio@gmail.com

Candidatures sélectionnées au fur et à mesure

Date limite de candidature le 21 mars 2021 

Hemp- Act

Hemp-Act développe, dans le Lot, des solutions pour l’extraction des fibres longues du chanvre pour le marché textile. 

Philippe, Hélène, Sébastien et Pierre
© HEMP-ACT 2021

Les fondements de Hemp-Act

D’une réflexion sur le chanvre….à un projet industriel de solutions d’extraction des fibres longues.

Relancée depuis quelques années, la culture du chanvre a de multiples débouchés et bienfaits : agronomiques, soutien de la biodiversité, alimentaires, textiles, santé, construction et isolation…

La massification de la culture du chanvre va ainsi devenir un levier majeur au développement mondial d’économies biosourcées et relocalisées. 

L’enjeu est de taille :

  • environnemental d’abord : contrecarrer les effets multiples du changement climatique en développant une nouvelle économie de restauration et de régénération tout en fixant du CO2  soit 15 t/ha/an en eq C02 capturé.
  • économique et social : développer de nouvelles activités de production de biomatériaux génératrices d’emplois ancrés localement et de valeurs ajoutées pour des territoires devenus prospères et résilients. 
  • Construire l’avenir : face à un imprévisible qui s’impose comme la nouvelle norme, il est urgent de dessiner une trajectoire d’avenir claire, solide et basée sur une nouvelle bio-économie accessible à tous, en tous points de notre belle planète Adopter les bonnes solutions pour aujourd’hui comme pour demain est inéluctable, mais le changement d’échelle doit être immédiat et massif.

Pour accompagner la montée en puissance de la filière et générer des débouchés, le développement de solutions industrielles est nécessaire.

Chanvrier depuis plus de 20 ans, tour à tour paysan chanvrier bio, concepteur de solution chanvrières et textiles et militant écologiste, c’est à la réalisation de ce changement d’échelle radical que je souhaite apporter mon énergie et ma contribution en tant que Fondateur et Président de Hemp-Act.

Nous développons ainsi au sein de Hemp-Act des outils et des solutions spécifiques dédiés à l’extraction et à l’affinage des fibres longues du chanvre.

Sous-ensemble défibreur en cours d’assemblage, © Hemp-Act, 2021

L’objectif de Hemp-Act

Ce changement d’échelle qui passe par développer et massifier les cultures de chanvre, devra surtout s’équiper des modèles économiques, des outils industriels et des méthodes de production et de valorisation adéquats.

Nous fixons pour cela une vision et des objectifs.

Notre vision pour 2050 : 

  • Un million d’hectares de chanvre cultivés, transformés et utilisés en France.
  • 100 millions d’hectares dans le monde.

Un objectif ambitieux pour Hemp-Act en 2023 : 

  • Devenir constructeur et leader mondial de lignes de première et deuxième transformation des fibres de chanvre. 
  • Lignes construites et distribuées en série dès 2023 pour stimuler, équiper et accompagner ce fabuleux développement au sein de multiples filières locales partout dans le monde.

Le développement d’Hemp-Act  ne peut être conduit que dans le cadre d’une démarche industrielle ambitieuse, construite et programmée : c’est notre plan de marche « CAP SUR 2023 ».

Vue du bâtiment de production avec la ligne cardage-défibrage « 2-en-1 »
© Hemp-Act, 2021

CAP sur 2023 : Partenaires et Associés

Notre plan de marche « CAP sur 2023 » nous conduira à présenter notre offre de lignes de première et deuxième transformation des fibres longues de chanvre sur « LE » salon mondial de la machine textile ITMA en 2023.

Vue d’un stand constructeur, Barcelone 2019 – ITMA, Salon mondial de la machine textile

Sur sa trajectoire 2021-2023, Hemp-Act effectuera 2 sauts quantiques; le premier pour porter la recherche et développement de notre gamme de solutions et le second pourindustrialiser et commercialiser nos lignes de série.

Notre plan de marche se concrétisera grâce à nos partenariats techniques, scientifiques et industriels et grâce à l’entrée de nouveaux associés et nouveaux capitaux. 

Hemp-act aménage actuellement ses statuts pour accueillir un plus large public d’associés : professionnels et particuliers qui partagent nos objectifs et nos valeurs.

Dans les prochaines newsletters, nous vous apporterons plus d’informations sur notre trajectoire financière et stratégique et sur notre offre d’entrée au capital.

CHANVRIERES OPERATIONNELLES ou PROJETS CHANVRIERS

Pour valoriser votre chanvre sur le marché textile dès cette année, saisissez notre offre d’entrée au capital et bénéficiez en exclusivité de nos prestations défibrage et affinage textile.

/!\ plus que 3 tickets d’entrée pour ce PARTENARIAT CHANVRIER.

Nous nous tenons à votre disposition pour vous détailler cette offre. Contact

– Facebook

– Instagram

– Youtube

Réunions techniques Lin Bio

Vous êtes agriculteur et souhaitez en savoir plus sur la culture du lin textile bio ? 

Du 17 au 23 février, l’association Lin et Chanvre bio vient à votre rencontre vous présenter l’itinéraire technique, les résultats économiques et les perspectives de la filière.

Expérimentés ou curieux, en agriculture biologique, en conversion ou simplement en réflexion, n’hésitez pas à profiter de ces rendez-vous pour venir nous rencontrer.

CINQ RENDEZ-VOUS :

HESDIN (62) – Mercredi 17 février à 9h30
Lieu : Le Carré de Ramecourt, 458 rue Charles Chopin à Ramecourt (62)
Coordonnées GPS :  50.372865 , 2.314521

CAENS SUD (14) – Jeudi 18 février à 9h30
Lieu : Salle communale de Laize la Ville (14), 6 rue du Régiment Mont Royal
Coordonnées GPS : 49.084159 , -0.381027

EVREUX (27) – Vendredi 19 février à 9h30
Lieu : Mairie, Salle des mariage – Angerville la campagne
Coordonnées GPS : 48.99056508958927, 1.158945136047045

FAUVILLE (76) – Vendredi 19 février à 14h
Lieu : Salle polyvalente de Auzouville-Auberbosc,  Terres de Caux (76) , près de la mairie Coordonnées GPS : 49.624716 , 0.568741

SAINT SAENS (76) – Mardi 23 février à 14h
Lieu : Coopérative de teillage du Vert Galant, 54 Route du Vert Galant, 76690 Saint-André-sur-Cailly
Sortie A28 n°12, Moulin d’Ecalles

À BIENTÔT !

En cas de renforcement des mesures sanitaires ces rencontres auront lieu en visioconférence. Nous envoyer un mail pour obtenir le lien.

Pour plus d’informations contactez-nous à l’adresse linetchanvrebio@gmail.com ou au 06 52 51 03 79  ( Bénédicte Lapierre).

Votons pour les projets de nos adhérents :

« Vous êtes invité à voter pour les projets que vous jugez les plus utiles et innovants. »
La fabrique Aviva est un concours qui récompense l’entrepreneuriat social à solidaire. Pour gagner, les porteurs de projet ont besoin de notre aide. Nous pouvons leur apporter en votant pour leurs projets. Cette année, trois projets sont portés par des adhérents de Lin et Chanvre Bio. Vous pouvez les soutenir en cliquant ci-dessous : 

LinPortant, mise en place d’une usine éthique, respectueuse de l’environnement, qui encourage la conversion biologique des bassins liniers :
https://www.lafabriqueaviva.fr/fr/project/4819/show?fbclid=IwAR14M4AfAHPHd3WEUpIsMyL-9T8SBkgE3b-VY3A7cxD1xlOuVxsbZoHBZAc

Iroony , développement de nouvelles matières textiles à base de chanvre :
https://www.lafabriqueaviva.fr/fr/project/5256/show?fbclid=IwAR0tcsSZlsOUJN39K5qvQme44j1n1MzSw51f9ZMye8h8CQ9XO7F2Ez8Orq4

La maison du tissage à bras, développement de l’atelier de tissage à bras :
https://www.lafabriqueaviva.fr/fr/project/4248/show?fbclid=IwAR2B16-Wkqw33IFTvRhXiD0q567JhENZiK-OEzcfjbQ2PK-YhT-bO_IZKwc

Merci pour eux ! 

Récolte lin 2020 : une année globalement trop sèche….

Ce sont environ 800 ha de lin textile semés cette campagne 2020 sur des exploitations certifiées en Agriculture biologique ou en cours de conversion (certification d’ici 1 à 2 ans). Le printemps 2020 beau (tout le monde s’en souvient !) mais sec, avec seulement des pluies d’orages très localisées, n’ont pas permis un bon développement de la culture, qui a difficilement atteint 1 mètre de hauteur.

le lin est roui : la fibre se détache du reste de la tige

Arraché fin juillet, le lin reste à terre pour le rouissage. C’est la dégradation des pectines qui collent la fibre à l’écorce de la tige, grâce au travail de bactéries du sol, sous l’action de la pluie et du soleil. Et une fois de plus …. la pluie a manqué, ou a été trop abondante sous les orages. Si les liniculteurs normands ont pu « rentrer leur lin » c’est-à-dire le mettre en grosses balles et le retirer des parcelles, ce n’est pas le cas des liniculteurs bio d’Ile-de-France qui ont dû attendre jusque fin septembre, début octobre.

enroulé en grosses balles, le lin est stocké à la ferme en attendant le teillage

La qualité est globalement correcte mais les quantités récoltées sont inférieures de 25 à 30% des rendements habituels, soit environ 4 tonnes/ha de lin en moyenne qui permettront d’extraire entre 700 et 800 kg de fillasse.

La campagne 2020 a été difficile pour tous liniculteurs tant agronomiquement qu’économiquement (la crise Covid ayant ralenti fortement voire stoppé toutes les transactions commerciales avec les acheteurs et transformateurs asiatiques). Mais dans ce climat morose, les liniculteurs bio sont confiants car la demande de fil de lin bio est toujours aussi forte, ils savent qu’ils vendront leur récolte correctement.

Les chapitres de la table ronde « Fibres locales : illusion ou réalité »

00 : 00             Présentation des participants

01 : 50             La culture du lin bio en France, état des lieux et perspectives

04 : 50             Intégrer le lin bio dans des collections, exemple du tisseur LIBECO

07 : 40             Les différentes approches techniques de la R&D en chanvre textile

12 : 00             Intérêt des fibres libériennes dans le prèt-à-porter

17 : 20             Les fibres naturelles, biologiques dans les collections, exemple de Monoprix

21 : 40             Le lin made in France chez SPL !CE, une histoire qui se raconte

24 : 10             Quelles différences entre le lin et le chanvre ?

26 : 10             Filature du lin, différentes techniques, différents projets de relocalisation

34 : 26             Quels produits, quel modèle industriel ; quelle organisation de filière … ?

38 : 43             Mélange des fibres, où en est-on ?

40 : 45             RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), crise du Covid : ce qui change concrètement dans la filière et dans les attentes du consommateur

44 : 00             Les atouts du lin dans un tel contexte

55 : 00             Initiatives des marques pour repenser le modèle textile

1 : 00 : 05        Relocaliser l’outil industriel, l’exemple de LINportant

1 : 06 : 15        Les perspectives d’approvisionnement en lin bio et en chanvre textile en France ; les travaux de l’association Lin et Chanvre Bio

1 : 17 : 00        Conclusion des participants : perspectives encourageantes d’ouverture de nouvelle part de marché pour le lin et le chanvre textiles.

1 : 28 :00         FIN

Fibres longues et circuits courts

Un des temps forts de notre association est la journée annuelle de RENCONTRES INTERPROFESSIONNELLES. Les éditions précédentes ont fait naître nombre de projets, de synergies au gré des échanges formels et informels. Les circonstances de l’année nous ont conduit à revoir la forme de ces Rencontres LCBio… mais pas le fond !

C’EST DONC AVCE PLAISIR QUE NOUS VOUS PRESENTONS NOTRE EDITION 2020 !

Du 13 au 23 juillet : tous les jours à 10h sur le compte Instagram @linetchanvrebio

INTERVIEWS : nous diffuserons chaque jour sur notre compte Facebook et sur Instagram @linetchanvrebio, le portraits de ces femmes et de ces hommes qui oeuvrent pour le développement du chanvre et du lin bio textiles : Jacques FOLLET (LCBio), Joris SOENEN (liniculteur bio), Henri POMIKAL (teilleur et expérimentateur chanvre), Pierre AMADIEU (Hemp’Act), Paul BOYER (tricotage LINportant), Jean-Charles TCHAKIRIAN (Le Gaulois jeans), Christele MERTER (Gentle factory), Raymond LIBEERT (tissage LIBECO), Pascal MORTOIRE (la Chanvrière de l’Aube), Emmanuelle HYSON (Leherpeur Paris, bureau de conseil), Christian DIDIER (tissage Emanuel Lang). Un voyage à travers des savoirs-faire en pleine renaissance.

Direction artistique : Marion CLEMENT – studio Green Door Stories

Interview : Catherine DAURIAC, journaliste indépendante passionnée de fibres libériennes

Montage : Jérémy FLORET

Ces quelques jours de témoignages se termineront par une TABLE RONDE animée par Marion CLEMENT, le JEUDI 23 JUILLET à 19 heures : en direct sur la page facebook Lin et chanvre bio

REGAIN POUR LES FIBRES LOCALES, ILLUSION OU REALITE ?

Avec la participation de :

Marion LEMAIRE de la marque SPL!CE

Pierre SCHMITT président du groupe Velcorex

Paul BOYER, directeur de la coopérative de tricotage LINportant

Mathieu GRENIER, liniculteur en agriculture biologique

Raymond LIBEERT, directeur général du tissage LIBECO

Pierre-François LELOUET, président de l’agence NellyRodi et de la Fédération du Prêt-à-Porter

et Ludovic MEENS, responsable sourcing chez Monoprix.

Cette table ronde sera propice au débat entre les différents acteurs des filières textiles du chanvre et du lin bio. De la culture aux marques de prêt-à-porter, nous discuterons filières locales, impact du coronavirus, technicité et actualité.

ECOUTEZ ET PARTICIPEZ A LA TABLE RONDE , 2 options :

Je suis sûr d’être présent-e le jour J et je n’ai pas facebook. Je m’inscris par retour de mail au webinaire Zoom.

Je souhaite m’inscrire à l’évènement et suivre en direct depuis facebook. Je clique ici !

Ces Rencontres virtuelles Lin et Chanvre Bio édition 2020 sont réalisées avec le soutien financier du ministère de l‘Agriculture et de l’Alimentation dans le cadre du programme « Animation en Agriculture biologique ». Le programme d’ « expérimentations pour la création d’une filière chanvre textile » reçoit l’appui financier de l’agence de l’eau Seine-Normandie dans le cadre du programme Eau et Climat. L’association Lin et Chanvre Bio travaille en partenariat avec la région Normandie.

LinPossible

La démarche LinPossible, à laquelle est associée l’association a été lancée en 2019. Par ailleurs, une filature au sec a vu le jour en Alsace, en 2020 (voir dans « on parle de nous ») et d’autres projets sont en réflexion …

La relocalisation de la transformation du lin textile en France n’est plus une utopie !

En 2019, des acteurs de la filière ont lancé le projet sur le projet LinPossible dans l’objectif de relocaliser un outil de filature du lin en France.  Les initiateurs de ce projet sont : Terre de lin, Safilin, les confectionneurs Dao Davy, LinPortant et les marques 1083 et Splice ainsi que l’association Lin et Chanvre Bio.

Comment fonctionne le projet ?

Tout d’abord, le filateur français Safilin a estimé le surcoût du fil filé en France à 10€ par Kg, par rapport à un fil fabriqué en Pologne.

Pour se préparer au surcoût les marques concernées augmentent le prix de leurs produits actuels. Par exemple pour un tee-shirt, le surcoût dû au fil tissé en France pourrait être d’environ 2€. Ce Tee-shirt au prix initial de 30€ sera vendu 32€. Les 2€ de surcoût seront reversés dans un compte tenu par l’association Lin et Chanvre Bio ; l’argent ainsi collecté servira à financer la future filature de lin Française.

Avec un modèle économique déjà anticipé par LinPossible, les marques ayant rejoint la communauté seront déjà prêtes à « basculer » dans la filature tricolore.

Grâce à une étiquette avec le logo LinPossible sur le vêtement, les clients des marques reconnaîtront leur engagement pour le made in France et l’écologie.

Cette démarche est pour le moment en suspens ; d’autres réflexions et projets sont en cours.

Du lin et du chanvre pour les masques barrière

Le LIN et le CHANVRE pourront aussi nous protéger !

Les initiatives pour répondre à l’ENORME besoin en masque sont nombreuses. Le lin et le chanvre ne sont pas en reste. Nous relayons dans cette rubrique les actions de nos adhérents et partenaires.

La filature de lin -tout récemment en place- et les métiers à tisser de l’entreprise EMANUEL LANG tournent pour la fabrication de masques à Hirsingue, dans le Sundgau. Ils sont en capacité de produire chaque semaine 100 000 masques sans coutures, lavables et recyclables, composés à 45 % de lin filé au sein de l’entreprise et 55 % de coton bio.

Christian Didier, directeur général d’Emanuel Lang, devant le métier à tisser indique que «  La confection de ces masques est un moyen pour nous de pérenniser la notion de filière de lin français avec notre activité de filature et de tissage  ». En lire +

Partenaire de Lin&Chanvre Bio sur les travaux de recherche et développement en chanvre textile, pour le tissage du chanvre, Christian Didier et Pierre Schmitt ont à cœur de relocaliser les étapes de transformation textile du lin. Ils sont pionniers en la matière en démarrant début 2020, une filature à sec, de lin, en Alsace. Un premier pas, très encourageant pour la filière !

GEOCHANVRE F, fabricant français de géotextiles, toiles de paillages etc, situé dans l’Yonne, fabrique un masque barrière en feutre filtrant de catégorie 2 à DESTINATION DES PROFESSIONNELS. Pour plus d’information

LES ABEILLES COUTIERES

A l’initiative de Christophe PELLETIER, entreprise créaLIN (www.crealin.fr ), l’idée est de créer un réseau de couturiers.ères. prêts.tes à mettre leurs talents au service de la fabrication de ces masques.

Dans un premier temps, nous recherchons des couturiers.ères professionnels.les indépendants.es, artisans, auto-entrepreneurs, atelier de confection, avec une structure juridique permettant d’émettre des factures. A brève échéance, nous étudions la possibilité légal et juridique d’intégrer et rémunérer tous les couturiers.ères non professionels.les à notre réseau (retraités.es, couturiers.ères occasionnel.les…). Les titres emploi-services de l’URSSAF pourrait nous y aider simplement.

Bien entendu, des couturières bénévoles sont les bienvenues mais dans le cadre de la fabrication de masques qui seront offerts aux plus démunis.

Le principe est que chacun.e reçoit des masques en kit à assembler, en tissu lavable (d’origine française) fabriqués selon la spécification AFNOR, validés par la DGA. Le nombre de kits, le conditionnement et la livraison des masques réalisés, ainsi que la rémunération est fonction de votre statut (voir plus haut) et de votre capacité à confectionner.

Si vous souhaitez aider ce projet et devenir une « abeille couturière », merci de vous faire connaître par mail à : christophe.pelletier@crealin.fr. En retour, nous vous transmettrons toutes les informations nécessaires pour commencer à butiner !

Si vous êtes une collectivité, une entreprise, un artisan, faites-nous connaître vos besoins quantitatifs de masques par le mail.   Nous ne tarderons pas à revenir vers vous.

le masque présenté est un prototype en tissu filtrant

Brigitte MICHELOT-COYARD,  KYEWO (www.kyewo.com) adhérente de LCBio s’est déjà mise à butiner.

Saluons aussi le projet en cours dans le Nord, de fabrication « collaborative » de masque pour le personnel médical : www.lesouffledunord.com.